Tuesday, November 21, 2017

De toutes vos forces demandez au Seigneur l'humilité et l'amour fraternel.. ( Saint Silouane du Mont Athos )

De toutes vos forces demandez au Seigneur l'humilité et l'amour fraternel, car, en échange de l'amour pour notre frère, le Seigneur nous donne gratuitement sa grâce. Fais cet essai en toi-même: un jour, demande à Dieu l'amour pour ton frère, et, un autre jour, vis sans amour, et alors tu verras la différence.

Saint Silouane du Mont Athos

Saturday, November 18, 2017

Certes nous ne connaissons pas toute l'étendue du mal caché en nous.. ( Saint Marc l'Ascète )

Il faut accueillir celui qui nous critique comme un envoyé de Dieu chargé de nous révéler les mauvaises pensées qui sont cachées en nous, afin
qu'après les avoir discernées nous nous corrigions... 
Certes nous ne connaissons pas toute l'étendue du mal caché en nous. Seul l'homme parfait
est capable de se souvenir de tous ses défauts.

Saint Marc l'Ascète

Thursday, November 16, 2017

Si vous voulez "saisir" Dieu... ( Saint Paisios )

Si vous voulez "saisir" Dieu,

pour t'entendre, quand tu pries,

tourné le bouton à l'humiliation,

parce qu'à cette fréquence Dieu travaille.


Saint Paisios

Sunday, November 12, 2017

L'amour pour le monde entier. ( Saint Porphyrie )

Quand le Christ vient en nous, alors nous ne vivons que le bien, l'amour pour le monde entier. Le mal, le péché, la haine disparaissent d'eux-mêmes, ils ne peuvent pas, ils n'ont pas d'endroit où rester.

Saint Porphyrie

Thursday, November 9, 2017

Saint Nectaire d'Egine ( 9 Novembre )


 Saint Nectaire, grand thaumaturge des temps modernes, est né Anastasius Kephalas à Selebria, en Thrace, le 1er octobre 1846. Sa famille étant pauvre, Anastasius fut envoyé à Constantinople à l'âge de 14 ans, afin d'y trouver du travail. Bien que sans argent, il demanda au capitaine d'un bateau de l'emmener. Le capitaine lui dit d'aller se promener ailleurs puis de revenir. Anastasius comprit, et s'en alla tout triste.
Le capitaine ordonna de démarrer les moteurs, mais rien ne se passa. Après plusieurs essais infructueux, il regarda droit dans les yeux Anastasius qui se tenait sur le quai. Prennant le gamin en pitié, le capitaine lui dit de monter à bord. Aussitôt, les moteurs démarrèrent et le bateau commença à avancer.
Anastasius trouva un emploi auprès d'un marchand de tabac à Constantinople, qui le payait très mal. Dans son désir de partager des informations utiles avec autrui, Anastasius écrivit sur des sacs en papier et emballages du magasin de tabac des courtes maximes tirées de livres spirituels. Les clients pourraient les lire par curiosité, et peut-être en tirer quelque bénéfice.
Le garçon allait nus-pieds et vêtus de loques, mais il avait confiance en Dieu. Voyant que le marchand recevait beaucoup de lettres, Anastasius voulu aussi écrire une lettre. Mais à qui écrire? Pas à ses parents, car il n'y avait pas de service postal désservant leur village. Pas à des amis, il n'en avait pas. Alors il décida d'écrire au Christ, pour Lui dire ses besoins.
"Mon petit Christ", écrit-il, "je n'ai ni tablier ni chaussures. Tu me les envoie. Tu sais combien je T'aime." Anastasius scella la lettre et écrivit à l'extérieur : "Au Seigneur Jésus Christ dans les Cieux." En chemin pour poster la lettre, il rencontra un homme qui avait un magasin en face de celui où il travaillait. L'homme lui demanda où il allait, et Anastasius susurra timidement quelque réponse. Voyant la lettre en ses mains, l'homme proposa de la lui poster, puisqu'il allait au bureau de poste.
Le marchand plaça la lettre dans sa poche et assura Anastasius qu'il la posterait avec ses propres lettres. Le garçon retourna au bureau de tabac, remplit de joie. Lorsqu'il retira la lettre de sa poche pour la poster, le marchand remarqua l'adresse. Surpris et curieux, il ne parvint pas à résister à l'envie de l'ouvrir, et il la lu.
Touché par la foi simple du garçon, le marchand plaça de l'argent dans une enveloppe et la lui envoya anonymement. Anastasius était rempli de joie, et il rendit grâce à Dieu.
Quelques jours plus tard, voyant Anastasius habillé un peu mieux que d'habitude, son employeur le soupçonna de lui avoir volé de l'argent et commença à le battre. Anastasius s'écria "Je n'ai rien volé. Mon petit Christ m'a envoyé l'argent."
Entendant le tapage, l'autre marchand arriva et prit le marchand de tabac en aparté, et lui expliqua la situation.
Alors qu'il était encore jeune homme, Anastasius fit un pèlerinage en Terre Sainte. Durant le voyage, le navire se retrouva en péril dans la tempête, manquant de couler. Anastasius regarda la mer déchaînée, et puis le capitaine. Il vint auprès de se dernier, puis pris la barre, priant Dieu de les sauver. Ensuite il retira la croix que sa grand-mère lui avait donnée (contenant un morceau de la Croix du Christ), et l'attacha à sa ceinture. Se penchant par dessus bord, il trempa 3 fois la croix dans l'eau et ordonna à la mer : "Silence! Tais-toi!" D'un coup, le vent s'arrêta et la mer s'apaisa.
Cependant, Anastasius était affligé, car sa croix était tombée dans la mer et était perdue. Pendant que le bateau navigait, on entendit des coups contre la coque, sous la ligne de flottaison. Lorsque le navire fut amaré, le jeune homme en descendit et commença à s'éloigner.
Soudain le capitaine commença à crier "Kephalas, Kephalas, revient." Le capitaine avait ordonné à un de ses hommes d'aller en canot examiner la coque afin de découvrir l'origine des coups, et ils découvrirent la croix accrochée à la coque. Anastasius bondit de joie de recevoir son "trésor", et depuis lors la porta toujours sur lui. On a une photographie prise de lui nombre d'années plus tard, montrant le saint dans son habit monastique. La croix est clairement visible sur la photo.
Le 7 novembre 1875, Anastasius reçut la tonsure monastique au monastère Nea Moni, sur l'île de Chios, et le nouveau nom de Lazare. Deux ans plus tard, il fut ordonné diacre. En cette occasion, son nom fut changé en Nectaire. Par la suite, étant devenu prêtre, le p. Nectaire quitta Chios pour l'Egypte. Là il fut élu métropolite de Pentapole. Certains de ses collègues devinrent jaloux de lui, à cause de ses grandes vertus, de ses sermons pleins d'inspiration, et à cause de tout ce qui distinguait saint Nectaire d'eux.
D'autres métropolites et évêques du Patriarcat [grec] d'Alexandrie devinrent pleins de méchancetés envers le saint, et allèrent dire au patriarche [grec] Sophrone que Nectaire complotait pour devenir patriarche à sa place. Ils dirent au patriarche que le métropolite de Pentapole simulait publiquement la piété afin de gagner la faveur du peuple. C'est ainsi que le patriarche et son synode déposèrent saint Nectaire de son siège. Le patriarche Sophrone écrivit une lettre de suspension ambiguë, qui provoqua un scandale et de la spéculation sur les véritables raisons de la déposition du saint. Cependant, saint Nectaire n'était pas déposé de son rang. Il était toujours admis à la fonction d'évêque. Si quelqu'un l'invitait à célébrer un mariage ou un baptême, il pouvait le faire, tant qu'il obtenait la permission de l'évêque du lieu. Saint Nectaire supporta ses épreuves avec une grande patience, mais ceux qui l'aimaient commençèrent à demander à savoir pourquoi il avait été déposé. Voyant que cela provoquait des troubles dans l'Eglise [grecque] d'Alexandrie, il décida de rentrer en Grèce. Il arriva à Athènes pour découvrir que les fausses rumeurs le concernant avaient déjà atteint cette ville. Sa lettre de suspension disait seulement qu'il avait été déposé "pour des raisons connues du seul patriarche", et ainsi tous les ragots le concernant était crûs. L'Etat et les autorités ecclésiastiques ne voulant pas lui donner une situation, l'ancien métropolite fut laissé sans moyen ni lieu de vie. Chaque jour, il devait aller au Ministère de la Religion pour demander assistance. Bien vite, ils se lassèrent de le voir et commençèrent à le maltraiter.
Un jour, alors qu'il quittait le bureau du ministère, saint Nectaire rencontra un ami qu'il avait connu en Egypte. Surpris de retrouver le bien-aimé évêque dans une telle condition, l'homme parla au ministre du Culte et de l'Education, et demanda qu'on lui trouve une situation. C'est ainsi que saint Nectaire fut nommé comme humble prédicateur dans le diocèse de Vitineia et Euboea. Le saint ne considéra pas cela comme humiliant pour lui, bien que cela fut le poste d'un simple moine. Il partit pour Euboea pour prêcher dans les églises, accomplissant avec zèle ses devoirs.
Même là, les rumeurs de scandales le rattrapèrent. Parfois, pendant qu'il prêchait, des gens commençaient à rire et à siffler. Dès lors, l'innocent se démit de sa charge et rentra à Athènes. Entretemps, certains avaient commencé à réaliser que les rumeurs étaient fausses, parce qu'ils ne trouvèrent rien dans sa vie ou conversation qui puisse suggérer qu'il soit coupable de quoi que ce soit. Avec leur aide et leur influence, saint Nectaire fut nommé directeur du Séminaire Rizarios, à Athènes, le 8 mars 1894. Il devait y rester en fonction jusqu'en décembre 1908.
Le saint célébrait les Offices dans l'église du séminaire, enseignait les étudiants, et rédigeait nombre de livres utiles et édifiants. Etant un homme paisible, saint Nectaire ne se mèlait pas au bruit et à l'effervescence d'Athènes. Il voulait se retirer quelque part où il pourrait prier. Sur l'île d'Egine, il trouva un monastère abandonné, dédié à la Sainte Trinité, et il commença à le réparer de ses propres mains.
Il y rassembla une communauté de moniales, nomma la moniale aveugle Xénia comme abbesse, pendant que lui servirait comme père confesseur. Comme il avait reçu le don de direction spirituelle, nombre de gens vinrent à Egine pour se confesser auprès de lui. Pour finir, la communauté grandit jusqu'à 30 moniales. Il leur disait souvent : "Je bâtit un phare pour vous, et Dieu y placera une lumière qui brillera pour le monde. Nombre verront cette lumière et viendront à Egine." Elles ne comprennaient pas ce qu'il leur disait, que lui-même serait cette balise, et que les gens viendraient y vénérer ses saintes reliques.
Le 20 septembre 1920, la moniale Euphémie amena un vieil homme en soutane noire, visiblement fort souffrant, à l'hopital Aretaieion d'Athènes. C'était un hopital public pour les pauvres. Le médecin interne demanda à la moniale les informations concernant le patient.
"Est-il moine?", demanda-t'il.
"Non, il est évêque."
L'interne rigola et dit "Mère, arrêtez vos blagues et dites-moi son nom afin que je puisse complèter mon registre."
"Il est vraiment évêque, mon enfant. C'est le très révérend métropolite de Pentapole."
L'interne marmona, "Ca serait bien la première fois de ma vie que je vois un évêque sans sa 'panagia' (*) ou croix, et plus important, sans argent."
Alors la moniale montra les pièces d'identité du saint à l'interne surpris, qui dès lors l'admit. Deux mois durant, saint Nectaire souffrit de la vésicule biliaire. A 22h30, le 8 novembre 1920, il rendit sa sainte âme à Dieu. Il mourrut en paix à l'âge de 74 ans.
Dans le lit d'à côté de celui de saint Nectaire se trouvait un paralytique. A peine le saint avait-il exhalé son dernier souffle, l'infirmière et la moniale qui se trouvaient là commençèrent à le vêtir à neuf pour le préparer pour ses funérailles à Egine. Ils retirèrent sa chemise et la plaçèrent sur le lit du paralytique. Aussitôt, ce dernier se leva de son lit, glorifiant Dieu. Saint Nectaire fut enterré au monastère de la Sainte Trinité à Egine. Plusieurs années plus tard, sa tombe fut ouverte pour retirer ses ossements - c'est une coutume en Grèce. Son corps fut trouvé entier et incorrompu, comme s'il venait d'être enterré.
On envoya un mot à l'archevêque d'Athènes, qui vint en personne voir les reliques. L'archevêque Chrysostomos dit aux moniales de les laisser quelques jours en plein soleil, puis de les réenterrer afin qu'elles pourrissent. Un ou 2 mois après, on réouvrit son tombeau, et on retrouva le saint incorrompu. Alors les reliques furent placées dans un sarcophage en marbre.
Quelques années plus tard, les saintes reliques se dissolvèrent d'elles-mêmes, ne laissant que les os. La tête du saint fut placée dans une mitre d'évêque, et le dessus fut ouvert pour permettre au peuple d'embrasser sa tête.
Saint Nectaire fut glorifié par Dieu, car toute sa vie aura été une doxologie permanente au Seigneur. Tant durant sa vie terrestre qu'après sa mort, saint Nectaire a accomplit des milliers de miracles, en particulier pour ceux souffrant du cancer. On compte plus d'églises dédiées à saint Nectaire qu'à n'importe quel autre saint orthodoxe récent.

Saturday, November 4, 2017

Tout passera et finira comme s'il n'avait jamais existé.. ( Père Ephraim de l'Arizona )

Tout passera et finira comme s'il n'avait jamais existé, alors que les œuvres faites en Dieu resteront avec l'âme qui les a travaillées pour que l'ouvrier puisse leur récolter la vie éternelle. 
 
Bénis sont les philosophes spirituels de Dieu, qui donnent des choses éphémères et conservent les choses éternelles, de sorte que quand ils partent, ils trouveront leurs trésors dans le trésor de Dieu avec un intérêt accru. 
 
Bénis sont ceux qui nettoient leurs coeurs des mauvaises herbes du péché et cultivent la bonne semence, car le temps viendra pour eux de récolter des gerbes de vie éternelle! 
 
Heureux ceux qui sèment des larmes avec le jeûne spirituel, c'est-à-dire toujours affamés et assoiffés de bonnes œuvres, car ils récolteront la joie éternelle!

Père Ephraim de l'Arizona

Tuesday, October 24, 2017

En vérité, il n'y a qu'une seule liberté. . . ( St. Justin Popovic )

En vérité, il n'y a qu'une liberté , la sainte liberté du Christ, par laquelle il nous a libérés du péché, du mal, du diable. Cela nous lie à Dieu. 
Toutes les autres libertés sont illusoires, fausses, c'est-à-dire qu'elles sont toutes, en fait, de l'esclavage.

St. Justin Popovic

Friday, October 20, 2017

L'orthodoxie est la vie. . . .( Père Seraphim Rose )



L'orthodoxie est la vie.....

Si nous ne vivons pas l'orthodoxie, nous ne sommes tout simplement pas orthodoxes, quelles que soient nos croyances formelles.

Père Seraphim Rose

Saturday, October 14, 2017

Rencontre de la mort ( Saint Nicolas d'Ochrid )

Étant riche, réfléchis en toi-même: peux-tu supporter dignement la pauvreté.
 Étant heureux, imagine-toi, comment accueillir le malheur avec dignité.
 Quand les hommes te font éloge, pense bien, peux-tu endurer dignement les injures. Et toute la vie, pense, comment, avec dignité, aller à la rencontre de la mort.

Saint Nicolas d'Ochrid

Monday, October 9, 2017

Celui qui déteste son péché cessera de pécher. ( Saint Isaac le Syrien )


Celui qui déteste son péché cessera de pécher. Et celui qui confesse son péché sera pardonné. Il est impossible pour quelqu'un de perdre l'habitude de pécher, sans qu'il ait d'abord une haine pour le péché, et il est impossible de recevoir le pardon, avant d'avoir confessé ses péchés. Or, la confession des péchés est la véritable cause de l'humilité.

Saint Isaac le Syrien